olympique vendinois : site officiel du club de foot de VENDIN LE VIEIL - footeo

le poste du n°6

25 septembre 2012 - 22:40

Généralisation du "double pivot ,double n°6 ".


De plus en plus de techniciens associent, dans le cadre de leur système de jeu, deux milieux défensifs axiaux. Une paire de "numéros 6" dont le rôle, la fonction et la complémentarité dans l'action doivent être clairement définis. Pour une meilleure efficacité, tant sur le plan défensif qu'offensif.

L’image du milieu défensif axial a considérablement évolué depuis quelques années. Lorsque j’ai commencé ma carrière de joueur, le "numéro 6" était surtout celui qui avait pour mission de mettre sous l’éteignoir le meneur de jeu adverse. Puis, au fil des années, j’ai été le témoin de la transformation de ce poste. Les tâches dévolues au "numéro 6" se sont diversifiées tandis que son positionnement lui conférait une importance de plus en plus cruciale. Au cœur "géographique" du jeu, son rendement influe inévitablement sur celui de l’équipe. Aujourd’hui, aucune formation ne peut aspirer au haut niveau sans détenir dans ses rangs un grand joueur à ce poste… ou plutôt deux. Et pour cause, l’une des évolutions les plus significatives a sans doute été la généralisation du "double pivot" dans la plupart des systèmes mis en place. Beaucoup d’entraîneurs choisissent en effet de positionner une paire de milieux de terrain axiaux pour s’ a s sur e r une plus grande emprise sur le jeu et un meilleur équilibre technico-tactique à leur formation. On pense spontanément au 4-4-2 ou au 4-2-3-1. Mais un 4-3-3 avec un milieu de terrain dont la pointe est située vers le haut vise également à doublonner le poste de "numéro 6". Il va sans dire que les animations de jeu peuvent changer radicalement d’un système à l'autre, et bien souvent au sein d’un même système. L e 4 -4-2 d 'Alex Ferguson à Manchester ne s’anime pas de la même façon que celui de Christian Gourcuff à Lorient, par exemple. Et il y en a d'autres !


Avec un point commun : bien souvent, le positionnement plus ou moins haut d’un des 2 milieux axiaux va décider de la transformation du système initial. On comprend dès lors que le rôle et les fonctions de leur association fassent l’objet  d’un grand soin de la part des entraîneurs. Sommairement, et sans prétendre détenir la vérité, on retrouve fréquemment les animations de jeu suivantes :défensivement, les 2 "numéros 6" ne doivent pas se trouver trop éloignés l’un de l’autre. Sur les zones du milieu de terrain, la récupération se fait bien souvent en deux temps. Le pressing du premier milieu axial profite souvent au deuxième dans la récupération du ballon (voir schéma 2).Certains entraîneurs leurs demandent d’empêcher la progression du jeu adverse sur les côtés, notamment pour prévenir les situations de 2 contre 1 face à l’arrière latéral. Aussi, l’un des deux milieux coupe certains ballons dans les couloirs, le deuxième couvrant alors l’axe du terrain . La consigne vise à équilibrer le bloc équipe tout en assurant une présence nécessaire dans l’axe. >"Agir en binôme en s'efforçant notamment de respecter une distance d'à peu près 15 mètres entre eux en phase défensive". L'idée générale est que le doublonnement  du "numéro 6" doit permettre à ceux-ci de couvrir à tour de rôle les zones défensives à risques. D'où l'importance pour eux d'agir en binôme en s'efforçant notamment de respecter une distance d'à peu près 15 mètres entre eux lors des phases défensives. Par ailleurs, lorsque nous avons été déséquilibrés, un des deux milieux axiaux doit se trouver à la demi-lune de la surface de réparation. Il doit couvrir cette espace dans la mesure où un nombre incalculable de buts encaissés proviennent de cette zone. Il peut être amené aussi, en certaines circonstances, à jouer pratiquement comme un troisième défenseur central lorsque l'adversaire évolue avec deux attaquants dans l'axe, et ainsi former un étau. Il s’agit d’une animation spécifique prenant sa place dans le cadre d’un plan de jeu prédéterminé. D’une manière générale, la fonction des "numéros 6" consiste donc à empêcher la progression adverse, à freiner les attaques, puis à récupérer le ballon soit individuellement, soit collectivement. Un registre large mais qui nécessite traditionnellement des prédispositions physiques et surtout une bonne capacité à lire et interpréter le jeu. Comme je l’ai précisé tout à l’heure, ces deux joueurs se trouvent au cœur du jeu. Le nombre de ballons qui va transiter par cette zone explique bien logiquement que l e s "numéros 6" sont souvent ceux qui vont donner le tempo sur le plan offensif. Certains sont d'ailleurs très performants dans l’orientation latérale du jeu. Ils jouent alors le rôle de métronome. Il me parait quand même que les joueurs les plus précieux à ce poste sont ceux dont les passes parviennent à "casser des lignes" .Sur des phases de transition défensive -offensive par exemple. Dès la récupération du ballon, un "numéro 6" capable de jouer en une touche vers l’avant peut éliminer une ou plusieurs lignes et ainsi faire gagner le temps et l’espace nécessaires pour conclure victorieusement l’action ! Par ailleurs, en partant d’une position basse, ils deviennent redoutables lorsqu’ils parviennent à accompagner l’action  offensive par une course en soutien des attaquants. Le même constat s’impose sur le jeu aérien où ils peuvent arriver lancés sur des ballons hauts. Enfin, lorsqu’on relève le nombre de frappes en direction du but sur 90 minutes, on s’aperçoit que l e s "numéros 6" arrivent souvent en tête.

Ce succinct tour d’horizon des rôles des deux " numéros 6 " démontre combien l e champ de leurs actions est large. Tour à tour empêcheur de jouer en rond, pivot de fixation, milieu défensif voire défenseur central avancé, il doit se muer l’instant d’après en chef d’orchestre, meneur de jeu ou soutien de l’attaquant ! Cette diversité des fonctions explique qu’il n’y ait pas vraiment de profil type à ce poste. De la même manière, les caractéristiques de l’association des 2 "numéros 6" peuvent radicalement changer d ’une équipe à l’autre sans qu’on puisse dire avec certitude quelle est la meilleure formule. Toujours  est- il que ce pos te est appelé, je pense, à évoluer encore. Il est difficile de savoir en quelle mesure. Mais il est fort à parier qu’il continuera à influer le jeu de façon très déterminante. Sans doute est- ce que l’intelligence tactique occupé a une place de plus en plus prépondérante au détriment même de la force physique. C’est possible. Mais quoiqu’il en soit, le "numéro 6" ne pourra faire l’économie ni de l’un, ni de l’autre.

Commentaires

toni capone 26 septembre 2012 21:11

très bonne synthèse

Orlando Chiaverini 26 septembre 2012 17:37

Comme a la Juve , avec MR.PIRLO devant la défense pour distribuer , Marchisio , travailleur de l'ombre , pour faire le pressing et récupérer les ballons , et Vidal , celui qui va de l'avant.

gregory brocal 25 septembre 2012 22:59
Entraîneur

c'est exactement ca ,

3-3
Senior B / GRENAY US 7 mois
Senior B / GRENAY US : résumé du match 7 mois
3-0
Senior A / SALLAUMINES AOSC 7 mois
Senior A / SALLAUMINES AOSC : résumé du match 7 mois
3-0
LAVENTIE ES / U11 EQUIPE 1 7 mois
LAVENTIE ES / U11 EQUIPE 1 : résumé du match 7 mois
2-8
LENS AS / Senior A 7 mois
LENS AS / Senior A : résumé du match 7 mois
3-5
J. FRANCE MAZINGARBE / Senior B 7 mois
J. FRANCE MAZINGARBE / Senior B : résumé du match 7 mois
3-2
GRENAY AG / Senior A 7 mois
GRENAY AG / Senior A : résumé du match 7 mois
5-0
MERICOURT FC / Feminines 7 mois
MERICOURT FC / Feminines : résumé du match 7 mois
3-1
Véterans / LABOURSE RC 7 mois

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 2 Dirigeants
  • 1 Entraîneur
  • 20 Joueurs
  • 11 Supporters